All was well

J’ai pas fait d’article de Noël, pas d’article de bonne année. C’est que j’étais occupée à être heureuse.

Pour plein de gens, 2016 a été une année horrible. Je le comprends. Le monde est encore plus parti en vrille, des personnes inspirantes l’ont quitté sans retour, et puis il y a tout le reste, les petits drames, les coeurs brisés, les peurs, tout ce qui fait que le 31 décembre à 23h59, un soupir collectif s’est élevé dans l’air.

Pour moi, 2016 a été une très bonne année. Je l’ai entamée avec deux de mes piliers, comme elle le dit si joliment, sur un pont londonien, des feux d’artifice plein les yeux.

En 2016, j’ai été voir une psy, j’ai arrêté d’être déprimée, j’ai consolidé ma bande de copains, ma fière flotte qui tangue un peu. J’ai trouvé un appart, et construit dedans un fort de couvertures. J’ai récupéré ce con de chat et j’ai sillonné les rues de Paris pendant que le soleil m’éclaboussait de chaleur.

En 2016, j’ai eu une nouvelle cheffe et elle est parfaite. J’ai fait de nouvelles choses. J’ai dit au revoir à des collègues, des au revoir en forme d’à bientôt, et j’en ai accueilli de nouvelles à bras ouvert. J’ai vu toute cette bande se solidifier, se consolider un matin de septembre, pour tenir bon face à la tempête. Bras dessus, bras dessous, on laisse personne en arrière.

En 2016, j’ai encré sous la peau de mon bras gauche les racines qui m’abreuvent même quand le temps se couvre. J’ai perdu du poids et mis des chemisiers genre meuf qui bosse à la Défense. J’ai laissé pousser mes cheveux qui ont blondi comme les blés.

J’ai pas fait d’article pour les fêtes, parce que j’étais trop occupée à être heureuse. Heureuse de tout ce que cette année m’a apporté, de tout ce que la nouvelle promet.

Mes fêtes, c’était la chaleur du foyer retrouvé, l’odeur du café trop fort de mon père le matin, c’était la cuisine avec ma mère en écoutant de la folk, la décoration du sapin, le trio de soeur pas réuni depuis trop longtemps. C’était une lichette de schnaps pour faire passer le repas, et le moelleux de la sieste dans mon lit d’adolescente, celui à une place avec sa table de nuit en bois clair.

C’était le mistral coupant de cette ville qui ne me manque pas mais que j’aime retrouver. C’était les rues pavées dans lesquelles j’ai tant erré, et dans lesquelles je ne fais maintenant que passer. C’était retrouver aussi l’autre ville, la grande la belle, ma Lyon d’adoption, et m’amuser à y faire du tourisme comme si je n’y avais pas vécu pendant des années.

C’était les fous rires des copains, les danses maladroites sur de mauvaises chansons pop, le mousseux qui pétille sous la langue, des câlins à ne plus savoir qu’en faire. C’était se blottir le premier janvier, quelque part dans un matin tout relatif, pour regarder des gens beaux nous émouvoir, et se tenir chaud ensemble avec une montagne de couettes et des plaids Disney.

C’était être un peu des enfants, pas mal des adultes, et beaucoup déborder d’amour, et pouvoir l’exprimer sans peur, sans honte. Je vous aime, et vous m’aimez. Et c’est bien.

C’était la surprise inattendue, au détour d’un bonnet rayé sur un quai de gare, qu’est-ce que tu fais là, t’es bête, je m’y attendais pas, je suis chargée comme une mule et j’écoute une chanson niaise, ça devait être dans une heure mais t’es là, et je ne dis plus rien parce que je t’embrasse, et c’est bien. Quand t’es là.

2017 a commencé dans les rires, continue dans la douceur, et je vous souhaite la même chose. Je vous aime, vous aussi.

Publicités

5 réflexions sur “All was well

  1. Quel joli texte 🙂 Ca m’a fait du bien de le lire, ca réchauffe le Coeur de savoir que tout le monde n’a pas été déprimé, que pleins de gens sont heureux. Une très bonne année 2017 tout aussi heureuse pour toi, profites en bien !

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s