[FILM] That’s my luck, my luck is always spelled B-A-D !

Allez ! On finit cette nuit Stephen King avec le cultissime, le nanar des nanar, la Bible des monstres en plastique et des gamins des 80’s, la symphonie de « TOUDOUUUUM », l’avalanche de suspense en carton et d’idées farfelues, le formidablement nul Creepshow de George A. Romero, sorti en 1982 et toujours aussi drôle qu’au premier jour.

Quiconque a déjà vu Les contes de la crypte, quiconque a jeté un œil à ses héritiers, Chair de Poule ou à Fais-moi peur a, d’une certaine façon, déjà vu une partie de Creepshow. Les momies dont le maquillage s’effrite, les zooms dramatiquement mauvais, l’omniprésente musique lourdingue aux accents étranges, les histoires à la noix de morts qui ressuscitent pour une part de gâteau ou de noyés sortis des eaux à la voix pleine de bulles, tout est dans Creepshow, scénarisé par Stephen King et réalisé par le roi des zombies Schtroumpfs.

Cet enchaînement d’histoires courtes peuplées de créatures d’outre-tombe et de cicatrices en plastique est un plaisir coupable, un shoot de rire et d’absurdité, le parfait film de fin de soirée avec un pop-corn au micro-ondes ou une barbe à papa géante. Creepshow, c’est bon, c’est bien, ça se mange sans faim.En plus, il y a Stephen King dedans. Un acteur-né, ce mec.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s